Alors que l’application « Mon compte formation » est désormais disponible, l’Ifop et Siaci Saint Honoré publient une étude réalisée auprès de 3000 actifs, exprimant l’inquiétude des Français vis à vis du futur des métiers. Transformation, disparition… près de la moitié des actifs se sentent mal préparés à la révolution à venir des professions. Retour sur les principaux enseignements de cette étude. En savoir plus

Les récentes évolutions du Projet de loi de finances de la Sécurité Sociale 2020 renforçant le recours au mi-temps thérapeutique ainsi que les débats actuels sur la réforme des régimes des retraites mènent à s’intéresser de plus prês au phénomène de l’absentéisme en entreprise. Que font les entreprises ? Que peuvent-elles faire ? Quid du présentéisme ? Malakoff Médéric Humanis s’est intéressé à ces questions à travers son étude Absentéisme 2019. Eclairages. En savoir plus

Jan Kranendonk / Shutterstock

L’entrepreneuriat est devenu, en moins de 50 ans, un Graal universel, célébré par un concert de louanges médiatiques, politiques voire académiques, et affublé de pouvoirs puissants. En France, la « start-up nation » en est la forme actuelle, censée assurer la croissance, créer de l’emploi, favoriser l’innovation, mais aussi et par un amalgame discutable, réduire le chômage, lutter contre la pauvreté et, ce faisant, permettre l’inclusion des populations fragilisées. En savoir plus

Le 12 septembre 2019, Sophie Bellon, présidente du conseil d’administration de SODEXO, Jean-Manuel Soussan, directeur des ressources humaines du groupe Bouygues Construction et Olivier Mériaux ancien directeur général adjoint de l’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT), se sont vus confier, par le Premier Ministre, la mission de formuler des propositions concernant l’emploi des séniors. En lien avec Muriel Pénicaud, Agnès Buzyn et Jean-Paul Delevoye, la mission devra rendre ses propositions au Premier Ministre à la mi-décembre 2019. En savoir plus

La question des bullshit jobs fait souvent parler d’elle. L’universitaire David Gaebler avait publié en 2013 dans la revue militante « Strike! » l’article « On the phenomenon of bullshit jobs » sur ce phénomène propre au XXIe siècle et à la division excessive des tâches. Une étude récente (avril 2019) menée par Kantar TNS pour Randstad donne une photographie précise sur le sens au travail.  En savoir plus

Dans son ouvrage « Le travail qui guérit, l’individu, l’entreprise, la société », Jean-Michel Oughourlian présente, décrit et analyse le fonctionnement des six « usines-apprenantes » de la Fondation AMIPI-Bernard Vendre. Tous leurs opérateurs, 700 personnes sur un effectif de 830 salariés, sont porteurs de handicaps mentaux. Pourtant, ils travaillent tous ; et nombre d’entre eux iront ensuite travailler dans des entreprises « normales ». En savoir plus

Les mobilités professionnelles sont au cœur des préoccupations des actifs français comme des entreprises. C’est un des leviers auxquels les Français pensent pour redonner du sens à leur travail mais c’est également une aspiration de ces derniers qui veulent s’éloigner de la région parisienne. Dans quelles régions les Français souhaitent-ils travailler ? Quelles régions sont considérées comme les plus accueillantes ? Réponses. En savoir plus

Le moral des entrepreneurs est au beau fixe. Si une partie des entreprises exprime des difficultés de recrutement, il faut noter que le chômage en France est à son niveau le plus bas depuis 10 ans. Cet enjeu est davantage le fait des grandes entreprises C’est le principal enseignement de la 41e vagues de la Grande Consultations de entrepreneurs de Opinion Way pour CCI France, LCI et La Tribune.  En savoir plus

D’après une étude menée par le site Qapa, les Français ont des difficultés à décrocher de leur travail pendant leurs vacances. Identifié comme premier responsable de cet état de fait, le smartphone (pour 93 %). Peut-on parler de dépendance au travail ? Comment expliquer le fait que les Français ne décrochent pas ? Explications.  En savoir plus

Selon le mouvement des entrepreneurs sociaux (le Mouves), l’entreprise sociale repose sur quatre piliers : un projet économique viable, une finalité sociale et/ou environnementale, une lucrativité encadrée et une gouvernance participative. La question posée dans cette étude Ipsos/BCG est de savoir si la nature sociale de l’entreprise rend plus heureux leurs salariés. Éléments de réponses. En savoir plus