Alors que nous entrons dans la deuxième vague de la crise sanitaire, les organisations s’adaptent aux changements induits : télétravail, respect des règles barrières, annulation des événements… C’est le moment opportun pour repenser l’efficacité et la performance de manière durable. Aujourd’hui les organisations, et notamment les ressources humaines, doivent préparer l’avenir… En savoir plus

Dans leur ouvrage « Désubériser, reprendre le contrôle », Florian Forestier, Franck Bonot, Odile Chagny et Mathias Dufour dressent un panorama complet et nuancé des enjeux de l’économie de plateformes, des problèmes qu’elle pose, et des solutions qu’on pourrait imaginer. En savoir plus

La Fondation Travailler autrement fait partie du consortium du programme (Ré)actifs : Co-entreprendre en Île-de-France, un projet innovant favorisant le retour à une vie professionnelle, par l’acquisition des compétences clés pour devenir travailleur indépendant. Ce dispositif est lauréat du Pacte régional d’investissement dans les compétences (PRIC) de la Région francilienne. Une nouvelle promotion se met en place tous les mois, la prochaine étant prévue pour le 7 octobre 2020. 15 places sont disponibles par formation, avec un programme qui dure 4 à 6 mois. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez vous inscrire au prochain Webinar de présentation qui a lieu le 7 septembre, en cliquant ici.

En savoir plus

Pour la majorité des 18 à 29 ans, le salariat et plus précisément le CDI est encore synonyme d’une vie professionnelle réussie : c’est pour eux un gage d’accès au logement et au crédit bancaire mais aussi de stabilité. Néanmoins, de plus en plus d’actifs se voient devenir entrepreneurs. Or personne ne naît entrepreneur. Bien souvent on le devient. Quels sont les dispositifs de soutien à la création d’entreprise ? Pourquoi est-ce une nécessité d’être accompagné ? Zoom sur… l’accompagnement entrepreneurial. En savoir plus

Le dictionnaire, « Les zones grises des relations de travail et d’emploi. Un dictionnaire sociologique » (Bureau et al. –Dir., 2019) apporte une aide précieuse pour mieux caractériser « les zones grises » du travail, fruit d’une hybridation des politiques d’emploi et des régulations individuelles et collectives.  En savoir plus

La réponse est quasi unanime : la crise liée au coronavirus a contribué à faire bouger les lignes sur les nouveaux modes de travail. Le « travailler autrement » s’est imposé à de nombreux salariés avec une intensité exceptionnelle. Qu’il s’agisse du télétravail, des pratiques managériales, du développement de l’agilité ou du mode projet, les DRH interrogés par l’ANDRH et le cabinet BCG sont convaincus : la crise a fait bouger les lignes sur les nouveaux modes de travail. Éclairages. En savoir plus

L’ifop a dévoilé en mai 2020 pour le cabinet Michael Page un sondage visant à comprendre la vision des métiers porteurs ainsi que des compétences clés dans l’emploi. Alors que les jugements sont mitigés sur la formation professionnelle, l’amélioration de l’orientation passe, selon les actifs par plus de contacts directs avec les entreprises. Explications. En savoir plus

Subi, choisi ou contraint, le télétravail s’est révélé être un mode de travail efficace et performant. Le confinement aura permis de lever certains freins psychologiques et de démontrer que la confiance a priori était possible à installer. Menée auprès de plus de 6500 collaborateurs répartis dans plus de 150 entreprises, l’étude WorkAnywhere de Choose my Company a révélé que les collaborateurs étaient globalement satisfaits de ces avancées en matière de modalité et d’organisation de travail même si des blocages subsistent. En savoir plus

Amélie Sutterer-Kipping a fait ses études de droit à la Ludwig-Maximilians-Universität München et puis a passé l’examen du barreau au Oberlandesgericht de Munich. Elle a décidé de compléter ses études par un projet de recherche à l’Institut de droit social à Göttingen et par une cotutelle de thèse entre l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et la Georg-August-Universität Göttingen. La Fondation Travailler autrement a pu l’interroger sur les travaux qu’elle mène sur les formes atypiques d’emploi en Allemagne et sur la protection sociale des travailleurs indépendants. Interview. En savoir plus

La présence physique au travail restera-t-elle autant assimilée à de la fiabilité qu’avant la crise sanitaire ? Fizkes / Shutterstock

Pas une semaine ne se passe sans que les médias ne prédisent la disparition des open spaces : « Covid-19 : l’open space va-t-il (enfin) disparaître ? » (Usbek et Rica, le 7 mai) ; « Haro sur les open spaces, ruée sur le plexiglas… le bureau à l’heure du Covid-19 » (Le Monde, le 1er mai) ; « Voici pourquoi le Covid-10 va tuer les open spaces » (le JDD, le 27 avril). Faut-il en conclure que la crise sanitaire sera l’occasion d’éliminer définitivement ces espaces de travail décriés depuis fort longtemps ? Par Emmanuelle Léon, Professeur asssocié, Directrice scientifique de la Chaire Reinventing Work, ESCP Business School En savoir plus