emploi-changementOpinion Way, en partenariat avec la plateforme de recrutement Monster, a réalisé un sondage sur les nouveaux rythmes de travail. Il révèle que 60% des Français préfèrent une nouvelle organisation de la journée de travail : commencer plus tôt pour finir plus tôt. 

 

Une probable modification des rythmes traditionnels de travail séduit les Français. 1 Français sur 2 préférerait commencer à travailler plus tôt pour profiter davantage de sa fin de journée . Cette conception de la journée de travail est semblable à celle des anglosaxons, qui commencent dès 8h-8h30 pour profiter de leur soirée en finissant dès 17h ; alors qu’en France, il est de bon ton de rester tard, marqueur d’investissement professionnel.

Ce décalage du temps de travail vers le matin permettrait de répondre à une demande croissante d’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. 51% des Français considèrent avoir du mal à passer du temps avec leurs proches. Commencer plus tôt pour finir plus tôt permet de se libérer du temps en fin de journée, profiter de ses ses proches, pratiquer des activités sportives ou culturelles…

Cette tendance a été désignée sous le terme de « slow business«  : une meilleure gestion du temps au service d’une meilleure productivité ; on alterne des phases de réactivité et d’autres de décélération, plus en phase avec le fonctionnement de notre concentration et générant moins de stress.

Un long chemin encore pour un changement effectif

Mais malgré les désirs des Français d’une nouvelle organisation du temps de travail, la route est encore longue avant de voir une réorganisation effective de ces rythmes. 40% des Français se déclarent toujours attachés à la journée de travail dite standard « 9h-18h ».

De plus, cette tendance au « slow business » est dépendante de nombreux critères :

  • l’âge : les trentenaires en pleine ascension professionelle ne sont pas particulièrement pour cette réorganisation du temps de travail (38% seulement désirent finir plus tôt) alors que les Millenials (18-29 ans) et les quinquagénaires soutiennent ces nouveaux horaires;
  • le sexe : les femmes sont pour commencer tôt (à 51%) alors que les hommes ne sont que 43%;
  • la région : les Franciliens sont à 58% pour la journée standard tandis qu’en province, la tendance est moins marquée;
  • la taille de l’entreprise : les salariés de TPE sont 48% pour la journée standard alors que les employés de structure moyenne sont à 57% pour la journée de travail tôt;
  • le diplôme : les cadres et salariés avec des formations supérieures sont attachés à l’organisation traditionnelle de leur journée de travail (entre 48 et 53%), alors que les salariés avec formation inférieure ou bac et les non-cadres se montrent plus favorables à une journée commençant tôt.

> A retrouver : le sondage complet d’Opinion Way 

Mais aussi sur le site de la Fondation Travailler Autrement :
Le baromètre de l’OPE sur l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle
L’étude d’Eurostat sur la durée effective du travail en Europe

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *