Près de 9 jeunes sur 10 ont une perception positive du monde de l’entreprise.

Les jeunes ont une image de l’entreprise globalement positive, c’est ce qui ressort de l’étude « NewGen for good : comment la nouvelle génération va transformer l’entreprise ? » que nous avons menée. Ainsi, les futurs diplômés sont respectivement 69 % et 18 % à déclarer avoir une vision du monde de l’entreprise « positive » et « très positive ».

Par Manuelle Malot, EDHEC Business School En savoir plus

Un ouvrage récent (Solidarité et organisation : penser une autre gestion, de Philippe EYNAUD et Genauto Carvalho DE FRANCA FILHO, chez Erès) pose un regard à la fois critique et plein de possibilités sur le fonctionnement des entreprises. Il fait écho à un autre traité, plus ancien (Refonder l’entreprise, de Blanche SEGRESTIN et Armand HATCHUEL, au Seuil), pour pointer les limites du modèle de gestion des entreprises privées, et les conséquences délétères que cela a tant sur le travail que sur la société et l’environnement. En savoir plus

2t1slEn matière de travail, il y a les lois et il y a la vie de chacun. A cet égard, des milliers de citoyens ont décidé de faire émerger des aspirations nouvelles. Voir ses enfants le matin et le soir : quelle gageure ! Réduire le niveau de stress, quel objectif ! Redonner du sens au travail, quelle ambition… Les citoyens envoient par différents canaux, au fil du temps, un message fort et clair aux décideurs publics : « entendez nos aspirations ». Ils l’expriment avec philosophie, le disent avec courtoisie, le hurlent dans la rue.

 

En savoir plus

Le 17 juin 2019 et suite aux recommandations de Patrick Levy-Waitz, président de la Fondation Travailler autrement, dans son rapport « Mission Coworking : Faire ensemble pour mieux vivre ensemble », remis au gouvernement en septembre 2018, ce dernier s’est engagé à soutenir les tiers lieux dans les territoires. Un cadre de travail collectif a également été mis en place pour permettre aux acteurs d’échanger et de progresser ensemble. Décryptages. En savoir plus

Après 5 ans d’aventure entrepreneuriale chez Ouishare, Samuel Roumeau en est devenu Président pour aider le collectif à s’épanouir, à titre bénévole. Né il y a 7 ans, Ouishare est aujourd’hui un réseau international qui s’appuie sur 60 connectors (membres actifs) et des milliers de membres, dans 20 pays d’Amérique Latine et du Nord, d’Europe et du Moyen-Orient. Samuel Roumeau est également directeur du projet Mille Lieux dont il nous révèle ici les grands enseignements. Eclairage. 
En savoir plus

2t1slLa Fondation Travailler autrement a publié récemment la seconde édition de son étude « Travailleurs indépendants : identités, perceptions, besoins ». L’édition de 2017 était la première consacrée à cette population qui n’a cessé de croître jusqu’à présent. En 2017, nous avions souligné que les systèmes politiques, sociaux, syndicaux et organisationnels de notre pays étaient encore sclérosés autour du modèle industriel de l’unité de lieu et de temps. Qu’en est-il aujourd’hui ?

En savoir plus

Le télétravail est-il utilisé de façon significative dans les collectivités territoriales et dans quelles conditions ? Les tiers-lieu peuvent-ils constituer un support à cette nouvelle façon de travailler ? C’est pour répondre à ces questions qu’une journée d’étude était organisée le 14 mars à Paris par la lettre du cadre territorial et animée par le cabinet CITICA, spécialiste du télétravail et des tiers lieux. De nombreux intervenants parmi lesquels Patrick Levy-Waitz de la fondation Travailler Autrement, Stéphane Capgras de Gaillac Graulhet Agglomération, Véronique Franck-Manfredo de la Ville de Paris ou Stéphanie Chassat de la Région Ile de France ont apportés des réponses à ces questions d’actualité. En savoir plus

L’engagement des jeunes dans l’emploi fait souvent débat. Dans un monde où 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore et où 72% des étudiants recherchent un métier en adéquation avec leurs valeurs, il est légitime de se demander à quoi aspirent les moins de 35 ans et où se situe leur niveau d’engagement vis à vis du monde professionnel. Pour répondre à ces questions, BVA, Domplus Groupe, le Club Média RH et BFM Business ont publié une étude intitulée « L’engagement des moins de 35 ans en matière d’emploi« . Eclairages.  En savoir plus

Les plates-formes de micro-tâches proposent à des entreprises d’externaliser en ligne des tâches répétitives à une foule d’internautes qui peuvent travailler à toute heure, en contrepartie d’une rémunération à la tâche de quelques centimes d’euros. Ce phénomène, incarné par la plate-forme Mechanical Turk du géant du web Amazon, existe également en France, notamment sous les traits de la plate-forme Foule Factory (récemment rebaptisée Wirk pour ses clients). Ce nouveau mode de sous-traitance pose des questions importantes, en particulier en ce qui concerne les rémunérations et les conditions d’activité des travailleurs, comme l’a souligné un rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Mais quelle est la taille de la « foule » sur ces plates-formes dites de crowdworking ?Très récemment, un article publié dans le quotidien Le Monde titrait « Jobs du clic : la France compte plus de 250 000 micro-travailleurs ». Il reprenait en fait les ordres de grandeur d’une étude réalisée par une équipe de chercheurs qui recensait 250 000 micro-travailleurs occasionnels, 50 000 micro-travailleurs réguliers, 15 000 micro-travailleurs très actifs. Ces chiffres paraissent énormes, mais ils sont surtout très discutables – comme nous le détaillons ici.

Par Pauline Barraud de Lagerie, Université Paris Dauphine – PSL; Julien Gros, ENSAE ParisTech – Université Paris-Saclay et Luc Sigalo Santos, Aix-Marseille Université En savoir plus

Cela fait cent ans que l’Organisation Internationale du Travail a adopté sa première convention sur les femmes et le travail. Malgré des progrès notables, le chemin vers l’autosatisfaction est encore long et la vigilance doit être de mise. A l’occasion de la Journée Internationale des femmes, décryptons ces évolutions. En savoir plus