Les défis de l’emploi cadre pour 2021

février 18, 2021 Documents de référence, Observatoire

L’Apec vient de publier un hors-série intitulé « 5 enjeux pour l’emploi cadre en 2021 ». Cette étude prospective met le doigt sur plusieurs tendances qui préexistaient à la crise, mais que cette dernière a rendues plus urgentes. Qu’il s’agisse de la question des recrutements, de l’emploi des jeunes ou des seniors, de l’évolution des pratiques managériales ou des transitions professionnelles, l’emploi cadre n’a pas fini de nous surprendre en 2021 ! 

La fin de plein emploi pour les cadres ?

Les auteurs de l’enquête indiquent que le premier enjeu est que « l’évolution de la situation va conduire à d’importantes réductions d’effectifs et compromettre le maintien en emploi des seniors ». L’enjeu pour les entreprises sera de garder les compétences nécessaires à la reprise, et pour les cadres de valoriser leurs compétences pour éviter les mesures de départ.

Les cadres expérimentés se retrouveront sur le marché du travail dans le même temps que les plus jeunes et les seniors, ce qui impactera grandement l’employabilité de ces derniers. Une orientation est proposée par l’étude : diversifier les profils pour diversifier les compétences et la mixité générationnelle.

Paradoxalement, 66 % des entreprises, qui ont l’intention de recruter des cadres au 1er trimestre 2021, anticipent des difficultés. En effet, certains secteurs resteront confrontés à une inadéquation entre les compétences recherchées et les profils reçus. De la même façon, les tailles d’entreprises et les secteurs géographiques ne sont pas logés aux mêmes enseignes. Les PME et les territoires en mal de dynamisme économique auront plus de difficultés à attirer les profils. Les auteurs indiquent que nous allons vers une polarisation des métiers cadres.

Changer d’horizon pour mieux rebondir

Parmi les pistes les plus optimistes évoquées par les auteurs, les transitions professionnelles arrivent en tête de file. Sous l’influence de la crise, dans les secteurs les plus impactés, les cadres se tourneront probablement vers de nouvelles voies professionnelles.

Ces transitions peuvent être subies, donc, mais elles peuvent aussi être choisies : si 57 % des cadres estiment que la crise sanitaire a été pour eux l’occasion de réfléchir à leurs priorités et projets professionnels, la proportion dépasse les 70 % pour les moins de 35 ans. Les acteurs et prescripteurs de l’emploi seront attendus pour accompagner et orienter les cadres qui auraient un souhait de mobilité.

Une chose est sûre, les cadres seront attirés par les entreprises qui leur garantiront un bon équilibre des temps de vie. Le télétravail est un outil que les cadres veulent garder en leur possession, à condition qu’il s’agisse d’un télétravail qui mélange présentiel et distanciel. Ce mode d’emploi est placé sur un piédestal à tel point qu’il constitue un élément important dans la recherche d’un emploi.

Les trois quarts d’entre eux souhaiteraient poursuivre le télétravail régulier en 2021 et au-delà, et ce quel que soit leur âge. Ils y voient des bénéfices majeurs sur les temps de trajet, le calme de travail, la capacité à gérer les imprévus de la vie personnelle, l’autonomie et la flexibilité.

Les entreprises devront redoubler d’attention en ce qui concerne leur attractivité, qui passera nécessairement par leur capacité à offrir une bonne qualité de vie au travail et un bon équilibre des temps de vie à leurs salariés.

> Consulter l’enquête dans son intégralité

> Egalement à lire sur le site de la Fondation Travailler autrement, Télétravailler, c’est la santé !

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *