prime d'activitéSi la France attire les entrepreneurs étrangers, les Français sont-ils des entrepreneurs dans l’âme ?  Le Global Entrepreneurship and Development Institute (GEDI) a publié le 29 novembre dernier sa 4e édition de l’Indice mondial de l’entrepreneuriat. Le rapport révèle que la France se place au 10e rang et gagne 3 places par rapport à l’indice 2017. Alors, la France est-elle un pays d’entrepreneurs ?

La culture entrepreneuriale et les Français

La France est classée 7e des pays européens qui bénéficie d’un environnement favorable à l’entrepreneuriat. Une culture qui à l’air bien ancrée dans les mœurs françaises.

Ainsi, la France :

  • se positionne à la 6e place pour son ambition entrepreneuriale,
  • 10e, pour sa capacité entrepreneuriale,
  • et obtient la 17e place pour l’attitude entrepreneuriale.

Une marge d’amélioration est toutefois possible, soulignent les auteurs du rapport du GEDI. En effet, la France peut encore améliorer ses résultats en termes d’ « innovation produit » et de « capacité d’absorption technologique ».

32 % de la population française est intéressée par l’entrepreneuriat

L’indice entrepreneurial français suit dans le sens des résultats du Global Entrepreneurship and Development Institute.

Cet outil mis en place par l’Observatoire de l’AFE, il prend en compte deux types de mesures :

  • la chaîne entrepreneuriale, c’est-à-dire l’appréhension de la part de Français concernés par l’entrepreneuriat : les « intentionnistes », les créateurs d’entreprises, les entrepreneurs et ceux qui ont vendu ou fermé leur entreprise ;
  • la culture entrepreneuriale, c’est-à-dire la perception et la représentation, chez les Français, de l’entrepreneuriat, des compétences et qualités entrepreneuriales, de leur sensibilisation à l’entrepreneuriat.

L’indice de l’Observatoire de l’AFE a d’ailleurs démontré que 32 % de la population française est intéressée par l’entrepreneuriat. Un engouement très présent chez les jeunes (les moins de 30 ans constituent désormais près d’un quart des créateurs d’entreprise, ils étaient un sur cinq il y a dix ans) mais également chez les actifs ayant déjà une expertise, un savoir-faire dans leur domaine. Les chambres de commerces sont, avec l’AFE, les premiers témoins de cette tendance. Leurs conseillers reçoivent chaque jour des centaines de porteurs de projets.

> Pour en savoir plus sur le GEDI, CCI Paris-Ile-de-France et l’AFE

> Également à lire sur le site de la Fondation Travailler autrement, Étude – Les travailleurs indépendants : identités, perceptions, besoins

> Mais aussi la vidéo, La France, un pays d’entrepreneurs ? Interview de Dominique Restino

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *