Einstein-avait-raison-il-faut-reduire-le-temps-de-travail « Einstein avait raison, il faut réduire le temps de travail » par Pierre Larrouturou et Dominique Méda (l’Atelier, 270 pages, 14€)

L’ouvrage « Einstein avait raison, il faut réduire le temps de travail » est un solide plaidoyer en faveur d’une semaine de travail fixée réglementairement à 32 heures en 4 jours, sans modification de salaire. À travers une lecture historique et politique de la situation actuelle, de l’évolution du temps de travail en France et d’expérimentations abouties, les auteurs montrent qu’une réduction massive du temps de travail portée par les pouvoirs publics aurait des effets significatifs en matière de réduction du chômage tout en maintenant l’économie compétitive.

Le sujet

L’ouvrage est construit un trois grandes parties didactiques : un état des lieux sinistre de la situation économique en France, et plus spécifiquement de la problématique du chômage de masse, puis un rappel historique de l’évolution du temps de travail en France, avant d’enfin conclure par la démonstration de l’intérêt et de la faisabilité d’une semaine de travail de 32h en 4 jours, et par une proposition de modalités pour la mettre en œuvre en garantissant la compétitivité de l’économie.

Les auteurs commencent leur argumentaire en rappelant la problématique centrale qu’est le chômage de masse pour notre société : pour les chômeurs eux-mêmes, de par la précarité et le déclassement entraînés ; mais aussi pour les travailleurs actifs, puisqu’il devient un argument pour rogner sur les conditions de travail et les rémunérations, de même qu’un frein pour quitter un emploi néfaste. Ils rappellent aussi que cet état de fait n’est pas si différent pour le secteur privé ou public, qu’il est dût avant tout à la financiarisation de l’économie et à la rémunération des actionnaires, et, enfin et surtout, qu’en période de croissance atone, toutes les solutions proposées pour diminuer le chômage mènent à l’impasse. En effet, de bonnes statistiques de l’emploi camouflent souvent un nombre croissant d’inactifs ou de travailleurs pauvres, sans même parler des pays donc l’économie n’est soutenue que par une part croissante de dette toxique, qu’elle soit privée ou publique.

L’ouvrage revient aussi de manière très claire sur les grands enjeux de l’évolution historique réelle du temps de travail, et surtout des si décriés 35h. Les auteurs rappellent d’ailleurs que, globalement, les 35H ne sont aujourd’hui pas ou plus appliquées, ou très inégalitaires. Ils en étudient néanmoins les effets réels sur le chômage, les créations d’emploi ou les conditions de travail.

Enfin, le dernier chapitre et la conclusion proposent de manière méthodique un plan pour résorber le chômage par un meilleur partage de l’emploi – les gains de productivité empêchant de créer de l’emploi – à travers une politique volontariste de mise en place d’une semaine de travail de 32h en 4 jours.

Le livre est une explication intéressante de nombreux phénomènes économiques et sociaux, avec un éclairage diamétralement opposé aux discours et politiques portés par une conception libérale. D’une lecture simple et rapide, il a l’immense qualité de poser autrement des questions souvent débattue.

Les auteurs

Pierre Larrouturou est ingénieur agronome et économiste. Fondateur avec Stéphane Hessel du Collectif Roosevelt, il quitte le Parti socialiste en 2013 pour créer Nouvelle Donne. Il est notamment l’auteur de La gauche n’a plus droit à l’erreur (avec Michel Rocard, Flammarion, 2013) et de Non-assistance à peuple en danger (Fayard, 2015).

Dominique Méda est professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine, directrice de l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales et titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales » au Collège d’études mondiales. Elle est notamment l’auteure de Réinventer le travail (avec Patricia Vendramin, PUF, 2013) et de La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer (Champs-Flammarion, 2014).

La citation

« Le dossier du temps de travail doit être rouvert et débattu sans tabou. Ne laissons pas la peur nous dicter notre conduite. Il serait dramatique de laisser tomber la question du temps de travail. Il est absolument vital pour notre cohésion sociale d’arriver à parler à nouveau de cette question. Sans doute faut-il l’aborder avec une méthode différente de celle employée en 1997 : de façon plus franche, de façon plus globale aussi en faisant le lien avec la question des retraites et en ayant un vrai projet de société autours du temps libéré. »

> Pour en savoir plus, retrouver la fiche du livre

> À lire également sur le site de la Fondation Travailler autrement :
Étude – Le temps de travail : de sa durée légale aux vécus quotidiens et Les Français aiment les rythmes de travail atypiques

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *