La présence physique au travail restera-t-elle autant assimilée à de la fiabilité qu’avant la crise sanitaire ? Fizkes / Shutterstock

Pas une semaine ne se passe sans que les médias ne prédisent la disparition des open spaces : « Covid-19 : l’open space va-t-il (enfin) disparaître ? » (Usbek et Rica, le 7 mai) ; « Haro sur les open spaces, ruée sur le plexiglas… le bureau à l’heure du Covid-19 » (Le Monde, le 1er mai) ; « Voici pourquoi le Covid-10 va tuer les open spaces » (le JDD, le 27 avril). Faut-il en conclure que la crise sanitaire sera l’occasion d’éliminer définitivement ces espaces de travail décriés depuis fort longtemps ? Par Emmanuelle Léon, Professeur asssocié, Directrice scientifique de la Chaire Reinventing Work, ESCP Business School En savoir plus

télétravailLe  développement accru des espaces de travail partagés durant le XXème siècle, notamment ses open-spaces, aurait dû, venir à bout du sentiment d’isolement social tout en favorisant la fluidité de la circulation de l’information entre collaborateurs et ainsi améliorer les performances. Le baromètre Paris Workplace  interroge tous les ans les salariés au sujet de leurs usages, attentes et niveau de satisfaction vis-à-vis de leur environnement de travail. En 2019, l’enquête « Et si on se parlait ? » revient sur les liens entre relations aux bureaux et performances. En savoir plus