3 questions à… Denis Maillard, co-fondateur du cabinet Temps Commun

avril 7, 2021 Actualité, Infos

Philosophe politique de formation ayant travaillé à Médecins du Monde, à l’Unédic et dans un cabinet de conseil en risques professionnels, Denis Maillard a co-fondé en 2017 Temps Commun, un cabinet de conseil en relations sociales. Il a accepté aujourd’hui de répondre à nos questions au sujet de son dernier ouvrage, «  Indispensables mais invisibles ? Reconnaître les travailleurs en première ligne »  (Ed. De L’aube).

Vous avez publié en février 2021 l’ouvrage Indispensables mais invisibles ? Reconnaître les travailleurs en première ligne. Qui sont les invisibles ?

Les invisibles d’hier mais les essentiels d’aujourd’hui ! Ce sont tous les travailleurs que l’on a appelé de première ou deuxième ligne – et que je préfère rassembler sous l’expression « back office de la société de services ». C’est-à-dire toute cette infrastructure de travail qui permet à la société de tenir quotidiennement et de se poursuivre dans le temps. Ils sont invisibles socialement, pas physiquement puisqu’ils sont pour une bonne part celles et ceux qui nous servent, qui nous protègent, qui nous soignent, qui nous conduisent ou qui nettoient nos rues. On les voit réellement mais on les considère peu car leurs métiers relèvent de ceux qui sont regardés comme non qualifiés, oscillant entre la domesticité ou la vocation quasi religieuse, soit des genres qui ne demandent pas particulièrement de reconnaissance. C’est l’ensemble de ce monde du travail – celui de la logistique, du transport, du commerce ou du soin – qui est enfin apparu au grand jour durant le confinement.

Pourquoi existe-t-il un si grand fossé entre l’utilité sociale de ces métiers et leur rémunération ?

Il y a deux explications à cela :

  • Tout d’abord, par la nature de ces métiers : pénibles, demandant peu de diplômes ou de savoir-faire conceptuels et donc peu valorisés socialement, ils relèvent de métiers de services qui sont traditionnellement mal reconnus en France. On ne sait pas mesurer leur productivité, on comprend mal les compétences sociales ou relationnelles qu’ils mettent en jeu et, prisonniers d’un imaginaire industrialiste, on ignore comment en réduire la dureté physique et psychique. Résultat, d’un côté on fantasme sur leur remplacement par des machines (comme dans le cas des caissières) et d’un autre côté, on leur applique les recettes de la taylorisation (dans le secteur de la santé ou du transport) et de la sous-traitance en cascade (gardiennage et propreté). Autant de situations qui tendent à maintenir les salaires bas.
  • Ensuite, et de manière plus profonde, par la nature de ce back office : il est la matérialisation d’une promesse politique ; celle de pouvoir évoluer dans la société sans avoir le sentiment que celle-ci pèse sur nos épaules. Il s’agit de ce que Benjamin Constant appelait au début du 19ème siècle « la liberté des modernes » : à la différence des citoyens des Cités antiques, les Modernes ont la « liberté » de vaquer à leurs occupations sans se soucier de la manière dont la société tient debout. Mais la réalisation de cette liberté n’est possible que s’il existe une infrastructure invisible qui vient la soutenir. Le back office a donc vocation à rester invisible, mais de cette invisibilité découle alors un désintérêt et une méconnaissance qui se traduisent par des rémunérations faibles.

Comment renverser cette tendance d’invisibilité et revaloriser ces métiers du « back-office » ?

De fait, s’il peut y avoir des révoltes passagères comme avec le mouvement des Gilets jaunes, il n’y aura pas de révolution par laquelle le back office – tel le prolétariat d’hier – prendra le pouvoir. Ce n’est pas sa vocation. Il y a donc autre chose à faire. J’indique dans mon ouvrage trois pistes qui me paraissent importantes : réduire véritablement la pénibilité pour rendre à  ces travailleurs leur dignité, ouvrir le chantier des compétences réelles pour affermir leur utilité et organiser leur représentation pour leur offrir une nouvelle visibilité, tels sont les trois chantiers sociaux mais aussi politiques que me paraissent les plus urgents.

 

> Accéder à ouvrage de Denis Maillard : Indispensables mais invisibles ? Reconnaître les travailleurs en première ligne. (Fondation Jean Jaurès et Editions de l’Aube, février 2021).

> Du même auteur : « Tenir la promesse faite au Tiers-Etat – quelle reconnaissance pour les travailleurs invisibles » (Observatoire), «  Une colère française – ce qui a rendu possible les gilets jaunes » (Observatoire)  et « Quand la religion s’invite dans l’entreprise » (Fayard).

> Egalement à lire sur le site de la Fondation Travailler autrement, Cols bleus : vers une plus grande reconnaissance de ces métiers.

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *