Futur du travail et le numériqueDans une note de synthèse de novembre 2017, France Stratégie s’est intéressée aux mutations induites par le digital, tant sur le plan des vieilles économies que sur celui du dialogue social. Ce travail est le fruit de réflexions menés dans le cadre d’un séminaire intitulé « Mutations digitales et dialogue social » en partenariat avec ASTREES. Les auteurs s’accordent sur un paradoxe : si les mutations digitales semblent être bien comprises par les acteurs des différents secteurs, elles ne sont pas encore considérées comme un enjeu du dialogue social. Explications.

Transformation digitale et incertitudes

Les auteurs de la note s’accordent sur le fait que la transformation digitale dans les entreprises suscite beaucoup d’angoisses et d’incertitudes. Néanmoins, plusieurs constats sont posés dans ce rapport et partagés par de nombreux acteurs (entreprises, partenaires sociaux, experts…) :

  • Si les changements induits par le digital s’accélèrent, il n’est reste pas moins que « le big bang n’est pas pour demain » écrivent les auteurs,
  • Les métiers ne vont pas disparaître mais certains seront plus impactés que d’autres. De plus, les reconversions seront plus difficiles : France Stratégie pointe le fait que les compétences détenues par les actifs donc les métiers sont menacés n’ont pas forcément les compétences qui seront demandées demain,
  • Enfin, la fracture numérique est surtout liée à l’apprentissage et aux qualifications digitales.

Ainsi, le changement technologique et la vision stratégique de l’entreprise vont de pair : accroissement de la productivité, externalisation des compétences… De fait, les mutations technologiques ne sont pas toujours subies mais il est essentiel pour les entreprises de s’adapter à ces dernières car la concurrence mais aussi l’expérience client imposent leur rythme.

Dialogue social, adaptation, équilibre

Les espaces de dialogue connaissent en outre des mutations. Les règles doivent être inventées pour permettre aux entreprises de s’adapter aux mutations technologiques. Tout d’abord pour faire face aux incertitudes, mais aussi pour impliquer l’ensemble de la chaîne salariale et managériale de l’entreprise. L’innovation technologique doit aller de pair avec l’innovation dans le dialogue social et les instances dédiées au dialogue sociale devront le devenir tout autant.

Ainsi, les auteurs s’interrogent sur la manière de remettre le travail au centre du dialogue mais également comment faire converger la qualité de service et la qualité de vie au travail, le but poursuivit devant être la recherche d’un équilibre entre performance et bien-être.

Explorant plusieurs exemples menés dans des entreprises ciblées, les auteurs de la note indiquent que des accords d’entreprise peuvent être trouver afin d’accompagner les transformations digitales. Les branches professionnelles ont aussi un rôle à jouer, notamment pour trouver des réponses collectives aux attentes et aux besoins des entreprises.

Enfin, l’Europe est perçue un échelon non-négligeable pour repenser le dialogue social dans l’ère digitale. C’est aussi un lieu d’expérimentation.

> Pour accéder à la note de France Stratégie

> Également à lire sur le site de la Fondation Travailler autrement, Comment redonner du sens au travail ?

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *