PLWLe gouvernement a récemment ouvert le rideau de l’Acte II des réformes sociales. Formation professionnelle, apprentissage et assurance-chômage vont bientôt être mis en scène avec tous les acteurs qui œuvrent à leur fonctionnement. Tous ces sujets sont évidemment d’une importance cruciale et ils vont s’imposer à l’ensemble du corps social français, toutes institutions confondues. Mais ce qui nous interpelle plus encore, c’est l’élargissement de l’assurance-chômage aux indépendants.

Il s’agit désormais de réussir mettre en scène la règle des trois unités, propre à ce public, pour une assurance-chômage élargie et pérenne.

La première unité est la liberté, celle à laquelle les indépendants sont viscéralement attachés et qui guide chacun de leurs pas en tant qu’indépendants. A ce sujet, l’étude de la Fondation Travailler autrement réalisée en collaboration avec Elabe avait mis en lumière que les principales motivations des travailleurs indépendants sont la liberté et l’autonomie.

L’équité est la deuxième unité car les indépendants méritent qu’on s’occupe autant d’eux que les salariés. Mais ce principe pose également la question du coût de l’assurance-chômage élargie.

La dernière unité, l’accessibilité. Pour qu’autonomie et liberté ne riment plus avec solitude et isolement, il faut rendre accessibles les systèmes de protection sociale et notamment en les simplifiant.

Il y a donc une réelle possibilité d’exposer un nouveau socle social, d’une nouvelle dynamique, d’un changement de paradigme, pour que les indépendants ne soient plus simplement accompagnés dans l’échec mais vers la réussite.

Certains pays européens ont déjà mis en place une assurance-chômage pour les indépendants. Il est intéressant de s’inspirer de leurs modèles pour construire celui qui sera le nôtre, demain.

Pour ce faire, la Fondation Travailler autrement réfléchit, analyse et compare depuis plusieurs mois les couvertures chômages de différents pays européens. Nous vous dévoilerons évidemment les résultats de ce benchmark dans les semaines qui viennent.

D’ici là, bonne lecture…

Patrick Levy-Waitz, Président de la Fondation Travailler autrement

@plevywaitz

A lire également, la newsletter n°12 de la Fondation Travailler autrement

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *