DM_aK4ZWkAMpFry.jpg largeMercredi 25 octobre 2017, la Premier ministre, Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ont présenté  la feuille de route pour la transformation de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage remise aux partenaires sociaux et aux régions. Que contient la feuille de route ?

Des objectifs communs

Dans un premier temps, le Premier ministre a tenu à réaffirmer les objectifs des réformes annoncées à l’été 2017. Il s’agit de donner à chacun plus de liberté professionnelle, plus de protections pour s’insérer et évoluer dans le monde du travail et permettre à tous de s’adapter aux mutations technologiques et de progresser en compétence.

Cette feuille de route a été établie à la suite de plusieurs échanges bilatéraux avec les partenaires sociaux, les régions et le gouvernement. Les travaux qui vont être engagés devront répondre à trois principes : ambition, transparence et respect.

Apprentissage : permettre à davantage de jeunes de réussir leur formation

La réforme de l’apprentissage s’ouvrira début novembre par l’instauration de quatre groupes de travail, coordonnés par Sylvie Brunet, Présidente de la section Travail et emploi au Conseil Economique Social et Environnemental. Il s’agira de développer l’apprentissage en proposant des formations satisfaisantes au un million et demi de jeunes qui sont aujourd’hui sans emploi et sans formation.

Pour ce faire, le gouvernement  propose 3 pistes :

  • Permettre aux jeunes et à leurs familles de connaitre les débouchés en amont pour une meilleure orientation,
  • Inciter les entreprises à proposer davantage d’offres d’apprentissage,
  • Réformer la taxe et les aides à l’apprentissage

Formation professionnelle : investir dans les compétences

Le gouvernement ouvrira ce chantier à la mi-novembre en présentant un document d’orientation aux différents acteurs. Les objectifs sont clairs :

  • Donner les moyens aux actifs de construire leur parcours professionnels en leur permettant de répondre aux évolutions de la société,
  • Offrir plus d’opportunité de formation aux demandeurs d’emploi en améliorant l’adéquation entre l’offre et la demande de compétence,
  • Permettre aux salariés de se former mieux et davantage,
  • Garantir la qualité de l’offre de formation par la certification des formations et l’accessibilité aux informations sur les parcours et les débouchés.

Assurance-chômage : équilibrer le marché du travail et la mobilité des actifs

La réforme de l’assurance-chômage devrait s’ouvrir dans la seconde quinzaine de novembre. Il s’agit ici de trouver une méthode et de mettre en place un dialogue efficace pour sécuriser les parcours et offrir des garanties aux actifs.

Cette réforme poursuit trois objectifs :

  • Élargir la couverture de l’assurance-chômage à tous les actifs (démissionnaires et indépendants en particulier),
  • Lutter contre la précarité induite par les contrats courts en mettant en place un système de bonus-malus pour les entreprises,
  • Contrôler les recherches d’emploi pour équilibrer les droits et les devoirs de chacun.

Ces trois chantiers devront nourrir un projet de loi qui sera présenté avant le printemps 2018 en Conseil des ministres et voter ensuite au Parlement avant l’été. Le souhait du gouvernement est d’acter la transformation et la rénovation du marché du travail dès la première année du quinquennat.

La Fondation Travailler autrement fera connaître au gouvernement et au Parlement ses propositions sur ces sujets de réforme.

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *