Richtung Wachstum konzept illustrationL’Agence centrale des organismes de Sécurité Sociale (ACOSS) vient de publier sa note de conjoncture sur le régime de l’auto-entreprise sur l’année 2016. Comment expliquer cette augmentation de la taille de la population et de son chiffre d’affaires ?

Une population d’auto-entrepreneurs qui s’accroit

Fin 2016, le nombre de micro-entrepreneurs inscrits s’établit à 1 072 000, en hausse de 7,0 % par rapport à l’année précédente. Cette hausse constitue la première accélération depuis la création du dispositif, le rythme de progression ayant tendance à diminuer depuis 2009 (+ 7,5 % fin 2014, + 3,3 % fin 2015). Ce dynamisme résulte du rebond des immatriculations (+ 8,2 % fin 2016, après – 7,4 % en 2015) et de la baisse des radiations (- 4,9 %, après + 4,4 %).

Selon la FEDae, cela s’explique par les trois temps observés dans la mise en place du régime des auto-entrepreneurs. Le premier temps est celui de la création. Le régime est balbutiant, il a fallu l’expliquer aux citoyens pour qu’il se démocratise. La deuxième période est celle de la remise en cause, pendant laquelle le régime s’est vu modifié et la taille de la population stagné voire diminué. Enfin, la troisième période est celle du « renouveau », une « nouvelle ère », caractérisée par une stabilisation du régime. Il est aujourd’hui, selon la Fédération des Auto-entrepreneurs, plus crédible et donc, il attire plus.

Le chiffre d’affaire des auto-entrepreneurs augmente également

Le chiffre d’affaires trimestriel global progresse lui aussi à un rythme encore soutenu (+ 8,9 %, après + 11,4 % un an plus tôt), tandis que le chiffre d’affaires trimestriel moyen reste sur la dynamique positive engagée en 2015, atteignant 3 518 euros au quatrième trimestre 2016 (+ 2,7 % sur un an fin 2016).

Nombre-auto-entreprises-2016Il faut tout de même noter que malgré les évolutions de ces deux indicateurs, des disparités existent :

  • entre les secteurs : si certains sont très dynamiques (transports, hébergement-restauration, enseignement…), d’autres sont plus en retrait (arts du spectacle, commerce de gros, assurance…) et passent sous la barre des 10 % d’augmentation.
  • entre les régions : si le chiffre d’affaire continue d’augmenter dans l’ensemble des régions, on observe des décélérations du nombre de micro-entrepreneurs actifs en Corse, en Paca et en Lorraine. A l’inverse, les régions Ile-de-France, Aquitaine et Pays de Loire connaissent les augmentations les plus fortes.

> Pour en savoir plus, consulter, la note de l’ACOSS dans son intégralité

> À lire également sur le site de la Fondation Travailler autrement :
Travailleurs indépendants : zoom sur les auto-entrepreneurs

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *