la-ruee-des-licornes« La ruée des licornes », de Nicolas Hazard et Anne Rodier (Lemieux, 124 pages,10€)

Nicolas Hazard et Anne Rodier proposent un panorama de start-up de tous secteurs. L’intérêt du livre repose sur sa volonté de s’éloigner d’une sempiternelle description des géants connus, et de montrer comment des acteurs plus modestes sont tout autant capables de « disruption » et de belles évolutions économiques ou sociales. Les auteurs présentent de plus nombre de ces « licornes » sous l’angle de l’emploi, tant pour ceux qu’elles créent que ceux qu’elles menacent.

Le sujet

Les auteurs présentent dans ce court livre de nombreuses « licornes », des entreprises (en général) qui ont su profondément modifier les perspectives et les perceptions d’un secteur économique. La liste en étant justement ordonnée par secteurs : Transports, Travail, Santé, etc.

Pour chacune de ces organisations, un court texte résume le contexte socio-économique dans lequel elle a émergé, les éléments disruptifs de son modèle, et les enjeux et conséquences de ce modèle pour le secteur. De plus, pour un certain nombre d’entre elles, une focale est placée sur la question du travail et de l’emploi que ce soit par les nouvelles conditions de travail qu’elles offrent ou laissent espérer, par les emplois qu’elles arrivent à créer, ou, parfois, par ceux qu’elles menacent.

La grande qualité de ce livre et de présenter des organisations de secteur, de taille et d’ambition extrêmement diversifiés, montrant en cela la possibilité de réussir une rupture quel que soit le niveau auquel on s’inscrit. Tout aussi louable, Nicolas Hazard et Anne Rodier ne tombent aucunement dans les discours laudatifs, et rappellent régulièrement le nombre significatif d’emplois fournis par les secteurs que ces licornes menacent.

Seul bémol à cette volonté de transversalité et de transparence : les auteurs n’évitent pas l’écueil d’une lecture uniquement septentrionale de l’économie. Les start-up, entreprises, associations et projets présentés se situent tous dans des pays et économies occidentales, alors qu’il y aurait certainement beaucoup à apprendre de projet entrepreneuriaux conduits dans d’autres parties du monde.

Les auteurs

Nicolas Hazard est entrepreneur, fondateur d’INCO.

Anne Rodier est journaliste au service économie du Monde.

La citation

« Ainsi, ce n’est ni un hasard ni une bizarrerie si l’économie sociale voisine avec les start-up high-tech dans les espaces de coworking comme dans la liste des success stories des modèles disruptives. Le point commun de leurs business models est d’avoir inversé la relation client pour remettre l’économie au service de l’homme. »
> Pour en savoir plus la fiche complète du livre

A lire aussi sur le site de la Fondation Travailler autrement :

> Quelles pourraient être les évolutions dans les rapports d’emploi au fur et à mesure du développement de ces licornes ? Une réflexion

> Mais tout n’est pas toujours rose dans l’univers des start-up : Livre – Prétendre travailler autrement et ne rien en faire…

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *