Jan Kranendonk / Shutterstock

L’entrepreneuriat est devenu, en moins de 50 ans, un Graal universel, célébré par un concert de louanges médiatiques, politiques voire académiques, et affublé de pouvoirs puissants. En France, la « start-up nation » en est la forme actuelle, censée assurer la croissance, créer de l’emploi, favoriser l’innovation, mais aussi et par un amalgame discutable, réduire le chômage, lutter contre la pauvreté et, ce faisant, permettre l’inclusion des populations fragilisées. En savoir plus

File 20190213 181627 1ux25p8.jpg?ixlib=rb 1.1

La France compte aujourd’hui plus de 3 millions de travailleurs indépendants. MikeDotta / Shutterstock

L’émergence de nouvelles formes d’entrepreneuriat semble être un mouvement observable sous toutes les latitudes et le travail indépendant pourrait bien faire flores. Si aux États-Unis d’aucuns prétendent au prix d’un joyeux mélange des genres recenser 55 millions de travailleurs indépendants, soit plus de 35 % de la population active du pays, la France reste pour le moment un peu en retrait malgré l’augmentation constante du nombre de travailleurs indépendants.

Par Arnaud Lacan, Kedge Business School En savoir plus

File 20181205 186079 wzbte2.jpg?ixlib=rb 1.1

Seuls face la montagne

Le travail se transforme et avec lui toute la société. Les débats sur son futur ont été particulièrement vifs ces trois dernières années, (re)lancés par les discussions autour du digital, du travail indépendant, des pluri-actifs (slashers), du revenu universel, ou encore de questions sur les nouvelles formes de management, de solidarité et de gouvernance. Centrés tantôt sur l’emploi, le travail ou encore les pratiques de management, ces débats ont eu un mérite : rendre visible la multiplicité des avenirs possibles du travail.

En savoir plus

Qui contrôle le travailleur à distance ? Et comment ? sean dreilinger on Visual Hunt, CC BY-NC-SA

Qui contrôle le travailleur à distance ? Et comment ? sean dreilinger on Visual Hunt, CC BY-NC-SA

La loi n° 2018-217 du 29 mars 2018 ratifie diverses ordonnances et apporte une modification à la définition du télétravail dans le code du travail. Ainsi, les ordonnances Macron une fois ratifiées, ont permis d’affirmer la place du télétravail dans les entreprises, à travers l’article L 1222-9 du code du travail qui avait été précédemment introduit en 2012 par la loi Warsmann. En savoir plus

File 20180104 26163 5z0rg4.jpg?ixlib=rb 1.1

Dans un espace de coworking… VisualHunt

Le parlement a récemment voté les ordonnances Macron qui modifient en profondeur le code du travail et qui ont suscité beaucoup de débats et d’oppositions. Mal connues dans le détail, ces ordonnances comportent un volet spécifique sur le télétravail avec différentes mesures qui vont faciliter cette pratique, plébiscitée par une grande majorité de salariés, mais encore mal vue des employeurs et crainte par les managers, par Jean Pouly, Université Jean Monnet, Saint-Étienne
En savoir plus

File 20170829 10431 tgw2ay

Co-working day. Andreas Kontokanis / Flickr, CC BY-SA

On présente souvent la solitude comme une difficulté inhérente au travail indépendant. Face à cette situation difficile, des travailleurs indépendants arrivent pourtant à trouver des ressources. En tissant des relations avec des structures telles que les entreprises de portage salarial, les coopératives d’activité et d’emploi ou des espaces de coworking, ils saisissent une forme de réponse face à l’absence de collectif de travail traditionnel que leur impose la mutation du marché de l’emploi.

Nos différents travaux partageaient l’ambition de mieux comprendre comment de nouvelles formes organisationnelles permettent aux travailleurs indépendants de (re)créer du collectif.

Un article de Jean-Yves Ottmann, Université Paris Dauphine – PSL; Cindy Felio, Université Bordeaux Montaigne; Mélissa Boudes, Neoma Business School et Sarah Mokaddem, Université de Bretagne occidentale En savoir plus

File 20170606 18888 z7jxjj

Robot humanoïde (br1dotcom/Visual Hunt, CC BY)

D’après une étude menée par Daron Acemoglu (MIT) et Pascual Restrepo (Boston University), lorsque l’on introduit un robot à un certain « poste » dans une industrie, il conduit à la destruction de 6,2 postes dans la zone géographique qui l’entoure. Mais que nous enseigne la science économique à ce sujet ? Les robots mènent-ils inévitablement à la disparition du travail ?

Par Gilles Saint-Paul, Paris School of Economics – École d’économie de Paris

Cet article est publié publié en partenariat avec les « 5 articles… en 5 minutes ! » de Paris School of Economics. Le titre original de l’article académique est « Robots : vers la fin du travail ? » PSE Working Papers.

En savoir plus

File 20170514 3678 3tbzub

Makespace. LaurieJ/Visual Hunt , CC BY

Pourquoi parle-t-on de tiers lieux ? Dans le premier chapitre de son ouvrage The Great Good Place, paru en 1989 le sociologue américain Ray Oldenburg souligne ce qu’il nomme le « problème de lieux » aux États-Unis (« problem of place in America ») ; la vie des Américains est fragmentée et partagée entre le lieu de travail (second place) et celui de résidence (first place). The Conversation

Il n’existe pas de lieux intermédiaires, des lieux de socialisation informelle permettant de vivre en communauté. Ceci a, selon Oldenburg, des répercussions sur la démocratie mais aussi la santé publique et la productivité des travailleurs américains.

En savoir plus