2 robot cartoons with businessman on the gray background. Eps 10 vector file.La Fabrique de l’Industrie propose, dans sa synthèse d’avril 2017, d’explorer la littérature sur le thème du numérique et de l’emploi afin d’en dresser un bilan. Combien d’emploi vont être détruits ? Combien seront créés ? Comment accompagner ces mutations ? Éléments de réponse.

Destructions d’emploi par le numérique et incertitudes

Dans leur synthèse « Numérique et emploi : quel bilan ? », les auteurs, Emilie Bourdu et Thierry Weil, reviennent sur plusieurs enquête et études prospectives menées sur le sujet de la destruction des emplois par le numérique. Certes, beaucoup de métiers se digitalisent, certains plus que d’autres, mais le numérique tend-il à les détruire ?

Plusieurs rapports sont mis en évidence dans la synthèse :

  • Les rapports Frey et Osborne (2013) et du cabinet Roland Berger prédisent que deux emplois sur cinq seront impactés par le numérique ;
  • Le rapport France Stratégie part du principe que les « emplois exigeant de répondre vite à une demande extérieure avec une certaine marge de manœuvre sont peu automatisables. À l’inverse, les travaux bien spécifiés dont le rythme n’est pas déterminé par une demande extérieure aléatoire le seraient »? France Stratégie estime donc que 15 % des emplois seront impactés ;
  • Le Conseil d’Orientation pour l’Emploi, qui distinguent les métiers manuels des métiers non manuels, estime que ce chiffre serait plutôt de l’ordre de 10 % ;
  • Enfin, l’OCDE parle plutôt de 9 %.

Si ces études parlent toutes des emplois qui risquent d’être impactés, aucun ne peut estimer clairement le nombre d’emploi qui va disparaitre tant le numérique implique une multitude d’acteurs qui pourraient se poser en frein à la disparition de certains emplois.

La création d’emploi grâce au numérique souvent sous-estimée

Les auteurs de la synthèse observent que la majorité des rapports qu’ils ont étudié sont formels : la plupart des métiers qui existeront dans dix ans n’existent pas encore aujourd’hui.

« La demande d’emploi dans le numérique va croître, c’est une certitude. » Emilie Bourdu et Thierry Weil

Pour preuve, le cabinet le cabinet canadien Wagepoint a fait remarquer, en 2013, qu’aucun des dix métiers les plus recherchés en 2010 n’existait en 2004. Et « 65 à 70 % des métiers qu’exerceront les enfants actuellement en classe de maternelle n’existent pas encore. »

La demande d’emploi dans le numérique va croître, ne serait-ce que parce que les objets connectés et l’internet des objets, le big data, le cloud computing, la cybersécurité vont continuer de se développer, prenant plus de place auprès du grand public et créant ainsi une demande de main d’œuvre qualifiée sur ces sujets.

Les auteurs ajoutent : « Selon certaines estimations, chaque emploi créé dans le secteur de la haute technologie entraîne la création d’environ cinq emplois complémentaires ».

Mais pour transformer l’essai, la France doit prendre le virage de l’accompagnement des transformations en cours. Elle risque sinon, comme le prédit la Commission européenne, de se retrouver en situation de pénurie de compétences dans le numérique.

Accompagner les transformations du numériques

Si 50 % des emplois français peuvent voir leur contenu évoluer dans un futur proche (selon le COE), l’enjeu est bien d’accompagner les actifs dans ces transformations.

Le premier risque, c’est de voir la société se polariser fortement entre la main d’œuvre très qualifiée, dont l’emploi n’a rien à craindre, et la main d’oeuvre peu qualifiée, dont l’emploi est vulnérable à la destruction. Les salariés peu qualifiés doivent donc être formés, ce qui n’est pas le cas pour le moment.

Transition, adaptation à de nouvelles compétences… La nature des compétences qui doivent évoluer revêt plusieurs visage : technique et numérique, bien-sûr, mais également personnel, social, cognitif…

Si des efforts ont déjà été fait en ce sens, avec la GPEC ou encore le CPF, il faudrait certainement être plus ambitieux pour se donner les moyens d’avoir un marché du travail adapté au numérique.

> Pour consulter la synthèse dans son intégralité

> À lire également sur le site de la Fondation Travailler autrement :
Livre – Décrypter les mutations du travail et de l’emploi à l’ère du numérique

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *