coolitude-Startup« Bienvenue dans le nouveau monde », de Mathilde Ramadier (Premier Parallèle, 155 pages, 16€).

Le sujet

Dans son ouvrage sous-titré « comment j’ai survécu à la coolitude des startups », Mathilde Ramadier décrit d’une plume acerbe le monde des start-ups berlinoises, où les discours avant-gardistes et branchés camouflent une déshérence intellectuelle et des conditions d’emploi indignes. L’ouvrage de Mathilde Ramadier est un compendium d’expériences vécues comme employée de différentes start-ups berlinoises, savamment mises en perspective et analysées.

Le fond de son propos est simple : sous couvert d’une image et de discours policés, modernes, fédérateurs et entièrement construits sur une opposition au monde du travail « classique », la majorité des start-ups reproduit le pire des méthodes de travail et de management du monde des entreprises. Pire, par un discours culpabilisant et anxiogène, elles poussent leurs travailleurs – essentiellement  des jeunes brillants et sur-diplômés – à accepter et à défendre ce système, malgré le fait qu’ils y soient confrontés essentiellement à des bullshit jobs mis en œuvre dans des conditions stakhanovistes et abrutissantes. L’auteure décrit là un ensemble de situations qui pourrait certainement s’analyser par le concept de « dissonance cognitive », théorisé par L. Festinger dans les années 1960 –, mais cette théorisation est au-delà de son propos, qu’elle assume simplement descriptif.

Il est intéressant de mettre ce livre en parallèle de « L’open space m’a tuer », de A. des Isnards et T. Zuber, qui décrit d’une manière identique les désillusions de la même population (les jeunes diplômés des meilleures formations), confrontée au travail en grands cabinets de conseil, d’audit ou agences de communication. On retrouve dans les deux ouvrages, condensés de tranches de vie, les mêmes situations et les mêmes constats. Pourtant, les structures et statuts sont opposés : CDI en grands groupe pour « L’open space… » et start-ups et contrats d’indépendants (ou de stage) dans « Bienvenue dans… ».

En cela, le livre de Mathilde Ramadier rappelle que travailler autrement, et encore d’avantage travailler dans de meilleures conditions d’autonomie, d’intérêt et de fierté professionnelle, n’est pas une question de discours ou de vocabulaire, mais bien d’éléments concrets et quotidiens.

L’auteur

Mathilde Ramadier est diplômée en graphisme et en philosophie contemporaine. Elle est auteure de BD et traductrice, et vit à Berlin depuis 2011.

La citation

« Car, en vérité, les start-ups s’arment d’une véritable novlangue destinée à dissimuler la loi de la jungle dans une brume de « cool ». Comme toutes les langues, elle n’est pas seulement un liant, un outil de communication, elle déploie également tout un imaginaire autour d’elle, apporte de nouveaux signifiants qui contribuent à bâtir un imaginaire commun… mais qui peuvent aussi faire croire à des choses qui n’existent pas. »

> Pour en savoir  plus, la fiche du livre :

A lire aussi sur le site de la Fondation Travailler autrement :
> Les « bullshit jobs » comme fléau des organisations modernes du travail
> Le « bore-out », qui guette ces jeunes surqualifiés pour leur tâches en startups

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *