travailleurs-indépendants-europeADP s’est intéressé à l’essor de la « Gig Economy ». Réalisée auprès de 10 000 salariés européens, sa nouvelle étude « The Workforce View in Europe 2017 », donne un aperçu de la vision des Européens sur l’avenir du travail.

Les Français pensent à tenter l’aventure du travail indépendant

Le travail indépendant et le travail en freelance sont  des  options  de  carrière  de  plus  en  plus  populaires  à  travers  l’Europe. L’étude montre que 53 % des salariés français seraient intéressés par le travail indépendant. Même si ce pourcentage est plus faible que celui de la moyenne européenne (68 %), il gagne du terrain. Notons également que plus d’un quart  (26  %)  affirment  qu’ils  prévoient  activement  un  changement dans ce sens.

Si le genre n’exercent aucune différence sur l’attrait du freelancing, le travail en freelance est identifié dans ces recherches comme une nouvelle tendance populaire chez la génération Y : 37 % des 16 à 24 ans envisagent activement de faire la transition et 36 % chez les 25 à 34 ans.

Qui sont les plus friands de freelancing en Europe ?

L’étude L’échantillon réunissait 10 000 adultes actifs dans huit pays d’Europe, soit la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, la Suisse et le Royaume-Uni.

travailleurs-independants-europe

Elle révèle que les  salariés  néerlandais  et  espagnols  sont  les  plus  susceptibles  d’envisager  un  travail  indépendant,  un  tiers  des  salariés  y  réfléchissant  (34  %  et  33  %).  En  revanche, les Allemands et les Français sont les moins tentés,  environ  la  moitié  (49  %  et  43  %)  d’entre  eux  affirmant que cela ne les intéresse pas.

Qu’est ce qui attire dans le travail indépendant ?

Si le travail indépendant attire de plus en plus, c’est parce qu’il est considéré comme un atout pour acquérir un meilleur mode de vie. Parmi les avantages perçus du travail indépendant, on note la recherche de sérénité et de souplesse. Les sondés sont 30 % à estimer que le travail en freelance leur offrirait un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle, mais outre les questions de salaire, ils sont 38 % à penser que le travail indépendant leur permettrait de travailler où ils veulent et quand ils veulent.

Cette appétence pour les nouvelles formes d’emploi se justifie selon l’étude par la révolution numérique mais aussi par les nouvelles pratiques de travail qui offrent plus de possibilité aux actifs notamment concernant leur lieu et temps de travail.

> Pour découvrir l’étude en intégralité

> À lire également sur le site de la Fondation Travailler autrement : Étude – Les travailleurs indépendants : identités, perceptions, besoins

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *