Le régime de l’« auto-entrepreneur » s’applique depuis le 1er janvier 2009 aux personnes physiques qui créent ou possèdent déjà une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale. La Fondation Travailler autrement, à travers sa nouvelle étude « Travailleurs indépendants : identités, perceptions, besoins » réalisée avec le cabinet Elabe, a mis en lumière les indépendants ayant opté pour ce statut. Focus.auto-entrepreneur : carte d'identité

Carte d’identité des auto-entrepreneur

L’étude montre que les indépendants ayant opté pour le régime de l’auto-entrepreneur sont plus souvent des femmes (59 %), d’un âge moyen de 44 ans, et d’un niveau de diplôme modeste. Ils sont en majorité d’anciens actifs en emploi (51 %), mais comprennent également une part d’anciens chômeurs (28 %).

Même si une large majorité en fait son activité principale (75 %), l’étude met en lumière qu’ils sont 25 % à en faire un complément d’activité. Le profil business est essentiellement axé sur un modèle B2C (65 %), qu’ils exercent largement dans les métiers du service aux professionnels mais aussi dans le service à la personne. En moyenne, les salariés portés déclarent avoir dix clients réguliers, majoritairement des TPE/PME. Ils déclarent un revenu de 15 000 € net annuel.

L’étude permet également de mieux comprendre les habitudes de travail des auto-entrepreneurs. Ils déclarent, par exemple, travailler 33 heures en moyenne. Leurs activités s’effectuent principalement à leur domicile (+ de 65 %) mais nombre d’entre eux travaillent également dans les locaux de leurs clients (+ de 30 %). Seul 37 % des auto-entrepreneurs utilisent au moins deux réseaux sociaux.

Comme les autres catégories de travailleurs indépendants, l’étude de la Fondation soulignent que leur vision de l’indépendance est unanime : 81 % d’entre eux estiment que c’est un moyen de prouver sa valeur, 82 % d’entre eux sont satisfaits de leur activité. Pour les auto-entrepreneurs, l’indépendance est synonyme de liberté et d’autonomie.

Ce qui singularise les auto-entrepreneur

Contrairement aux autres catégories de travailleurs indépendants, les travaux menés dans le cadre de l’étude ont montré que le statut d’auto-entrepreneur est perçu comme étant le plus simple pour débuter l’aventure du travail indépendant : prise de risque limitée, souplesse financière et simplicité. De plus, ce statut bénéficie d’une large médiatisation, ce qui rassure le travailleur indépendant en devenir. Toutefois, l’absence de protection sociale et la complexité du statut représentent parfois un frein à son développement.

 

> Pour en savoir plus, à lire Étude – Les travailleurs indépendants : identités, perceptions, besoins

 

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dès qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *