siteon0La présence croissante du numérique a bouleversé le monde dans lequel nous vivons et dans lequel nous travaillons. « Pourtant, cette évolution n’a été que peu analysée et son impact sur la qualité du fonctionnement du marché du travail peu étudié » considère le Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE). Dans ce rapport intitulé « L’impact d’internet sur le fonctionnement du marché du travail » le COE se saisit de ce sujet et tente d’en clarifier les enjeux.

Un nouveau marché du travail qui s’est adapté

Ce rapport dresse un panorama du nouveau marché du travail. On voit apparaitre de nouvelles structures : les acteurs de l’emploi et du recrutement en ligne se sont multipliés et diversifiés (job boards, agrégateurs, réseaux sociaux, sites de e-cooptation, sites de notation d’entreprises, plateformes de travail à la tâche etc.).

Mais au-delà de ça, les acteurs du marché du travail s’approprient l’ensemble de ces outils, dans une logique de fluidification et de transparence.

Pôle Emploi par exemple a développé son usage des technologies numériques, dans un contexte où un nombre croissant d’acteurs privés diffusent un grand volume d’offres d’emploi en ligne. Au-delà de la démarche purement partenariale, l’opérateur public a développé une stratégie numérique plus large pour améliorer le service offert aux demandeurs d’emploi et aux entreprises.

On note aussi un effort d’adaptation du cadre juridique à la situation actuelle du marché du travail sur internet, tant en ce qui concerne le droit applicable aux offres d’emploi et au recrutement que la protection des données personnelles, même s’il reste encore du chemin à parcourir.

Mieux appréhender les effets de l’utilisation du numérique sur le fonctionnement du marché du travail

En facilitant l’accès à l’information, en augmentant de manière considérable la quantité d’informations en circulation et en desserrant les contraintes de temps et d’espace, Internet et les technologies du numérique sont susceptibles de favoriser le « matching », c’est-à-dire la rencontre de la bonne offre avec la bonne demande et donc d’avoir un impact positif sur le marché du travail.

A terme, grâce à l’exploitation de ces nombreuses données sur le marché du travail et de ces mises en relation facilitées, Internet devrait de fait également favoriser la réduction du nombre d’emplois vacants, difficiles à pourvoir traditionnellement.

Par ailleurs, un autre apport essentiel d’internet est d’avoir élargi le marché du travail. Il a permis aux actifs, qu’ils soient ou non à la recherche d’un emploi, d’exposer leurs parcours et leurs compétences sur les réseaux sociaux, accentuant ainsi la concurrence entre salariés en poste et demandeurs d’emploi. La diffusion, le contrôle, l’échange et le traitement de l’information deviennent alors des enjeux majeurs.

Enfin, le COE considère aussi qu’à terme : « Internet permettra aux pouvoir publics d’avoir une bien meilleure connaissance du marché du travail qu’aujourd’hui et donc de définir des politiques de l’emploi mieux adaptée ».

Un outil qu’il faut encore perfectionner

Attention, le COE met en garde :  il faut tenir compte du fait qu’en dépit d’indiscutables progrès, Internet n’a pas rendu le marché du travail totalement transparent. Tous les recrutements ne font pas l’objet d’une offre et une partie du marché reste cachée. Les offres d’emploi ont gagné en précision certes, mais la majorité d’entre elles ne comporte pas toutes les indications nécessaires. De plus, l’information sur les emplois offerts et les entreprises comme sur le profil ou l’expérience des candidats n’est pas toujours sincère, malgré certains nouveaux outils qui permettent d’en vérifier plus facilement la fiabilité.

C’est d’ailleurs pourquoi le COE a identifié plusieurs pistes d’optimisation d’internet pour améliorer le fonctionnement marché du travail et répondre aux attentes et aux besoins de tous ses acteurs.

> A lire : le rapport du Conseil de l’Orientation pour l’Emploi « L’impact d’internet sur le fonctionnement du marché du travail »

> A lire : l’article de la Fondation Travailler Autrement sur le rapport du Conseil National du Numérique « Travail; emploi, numérique : les nouvelles trajectoires »

> A lire : l’article de la Fondation Travailler Autrement sur le rapport du MEDEF « Numérique et nouvelles activités »

> A lire : l’article de la Fondation Travailler Autrement sur le sondage BVA/Orange sur la place qu’occupe le numérique dans la vie des Français

 

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *