05466019-photo-terra-nova-logoLe chômage apparaît durablement élevé en France. Un des outils de baisse de ce taux endémique serait la formation professionnelle. Terra Nova dresse ici un état des lieux des propositions qui auront pour objectif d’améliorer l’efficacité, l’équité, l’accessibilité et la lisibilité de notre système de formation continue pour favoriser le retour à l’emploi et lutter contre le chômage. 

« La tentation est forte de faire de la formation professionnelle, non pas un instrument actif de réduction des inégalités et de renforcement de la compétitivité, mais la « voiture-balai » du modèle social français » selon Terra Nova. Le think tank propose ce rapport en réponse à une loi changeant significativement le paysage du système de formation qui vient d’être votée (Accord national interprofessionnel de décembre 2013 ; loi du 5 mars 2014).

Les effets positifs attendus de cette nouvelle loi

  • Des mesures utiles : l’orientation des financements vers les salariés qui en ont le plus besoin, l’obligation de former et non plus de payer, l’accompagnement des personnes dans leur évolution professionnelle, la création d’un compte formation attaché à la personne dépendent des modalités de son application.
  • L’augmentation du taux d’accès à la formation continue en France : 50,5% sur les douze derniers mois, soit un taux supérieur à celui observé en Allemagne – pourtant une majorité d’adultes français ne parviennent pas à avoir un bon niveau de compréhension de l’écrit et des concepts numériques et mathématiques. Certes, la formation initiale joue un rôle essentiel mais la proportion d’adultes ne comprenant que des textes simples est d’autant plus forte que l’âge est élevé : 47 % des 16-24 ans contre 75 % des 55-65 ans. Il y a donc un lourd travail de pédagogie à engager pour empêcher ces populations à sortir du système du marché du travail.

Une mesure encore bien imparfaite

  • Une loi qui ne réduit pas pour autant le nombre d’acteurs qui interviennent dans ce champ et qui sont cloisonnés par statut : l’absence d’information fiable sur la qualité des formations proposées, de modes de contrôle et de certification des compétences acquises, et de perspectives ouvertes à l’issue des formations représente également une « barrière à l’entrée », cause d’abandon de parcours dans un certain nombre de cas.
  • Les jeunes sans emploi, sans formation et qui sont sortis du système scolaire sans diplôme sont les abandonnés de la réforme : elle ne pose pas la question de la formation initiale. Or les jeunes s’insèrent plus difficilement sur le marché du travail – leur taux de chômage atteignait 47 % en 2012 – et ils sont en grande précarité.

> A lire : le rapport complet de Terra Nova sur la formation professionnelle 

Mais aussi sur le site de la Fondation Travailler Autrement …

l’étude de Terra Nova sur les salaires et stéréotypes dans le monde du travail et dans la société

> les propositions de Terra Nova pour sortir de l’impasse en matière de débats sur la Loi Travail

Alerte Email

Entrez votre adresse email pour recevoir une alerte dés qu’un nouvel article est publié :

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *